Un extrait de Bio S.E. s1e2, La Fiancée d’Orion

J’ai bien travaillé aujourd’hui. J’entre enfin dans le cœur de ma série, c’est-à-dire que mon héroïne, Stella est en contact avec un Converti, les hybrides animal-plante-machine qui peuplent mon univers.

Pour vous mettre dans le contexte, le deuxième épisode de cette série, L’Arrangement La Fiancées d’Orion, est écrit depuis le mois de février. Cependant, mon éditeur m’a suggéré d’inclure une scène avec les fameux Convertis, puisqu’ils forment l’essentiel du concept de la série et qu’ils ne réapparaissent pas avant un bout de temps dans les plans. Au début, j’ai été un peu embêtée, mais, avec le recul, je crois que c’est une excellente idée! J’ai eu en tout cas beaucoup de plaisir à écrire cette scène, et j’ai très hâte de la soumettre à vos yeux avides.

En voici un petit bout tout frais, écrit il y a quelques minutes. Attention, c’est très chaud.

Finalement, le pistil relâcha dans son cul sa sève brûlante qui se mit à couler par flots hors du cockpit. Il commença à se rétracter, et Stella comprit son erreur. Les convertis recevaient les commandes de leurs pilotes à travers les pistils sexuels. Si ceux-ci se retiraient, la pilote perdait tout contrôle sur la bête. Tirant sur les étriers, elle suivit le pistil dans son mouvement. En s’accroupissant ainsi, elle enfonçait le deuxième encore plus loin en elle, mais elle n’avait pas le choix. Elle ne pouvait qu’espérer que son entraînement lui permettrait de le supporter.
La sève coulait maintenant à petits flots des multiples membres qui se frottaient contre sa peau. Elle sentait le liquide chaud glisser dans ses cheveux, sur son visage, son ventre, jusque sur sa chatte distendue, comme une cire chaude qu’on aurait versée sur sa peau. Maintenant que les pulsations avaient cessé dans son derrière, Stella parvenait à se contrôler. Elle tenait toujours les deux pistils fermement. Avalant encore un peu de sève, elle se dit qu’elle n’avait plus qu’à attendre et regarder aller.

Ce n’est pas édité, et ça ne paraîtra certainement pas comme cela. Déjà, je trouve qu’il y a quelques répétitions gênantes. Peut-être même que ce passage sera rayé en entier. Mais bon, le spontané a aussi son charme (surtout quand il est question d’érotisme).

Je ne sais pas encore quand il sortira. Pour vous tenir au courant, rien de mieux que de vous inscrire à mon compte Twitter.   La collection Les Chemins secrets a sa propre liste de diffusion, et propose les promotions en primeur. Je peux vous dire d’avance qu’il y en aura une grosse pour la sortie de L’Arrangement.

Parlant de promotion, le premier épisode, L’Examen médical, est gratuit sur Smashwords pour quelques jours encore de manière permanente. Si vous voulez partager mon univers, c’est l’occasion rêvée!

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

  • Ils ont lu…

    La plume de l’auteure est telle qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveur. Il y a très peu d’auteurs de nouvelles érotiques qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !
    Il faut constater que l’assiduité et l’expérience croissante de l’auteure la rendent capable de conférer une telle intensité aux aventures scabreuses de sa protagoniste qu’il lui suffit de quelques mots savamment dosés pour hypnotiser ses lecteurs.
    Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d’Annie May et de son érotisme sans concession. L’histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C’est de nouveau dans l’impatience que j’attends le troisième volet de cette suave saga.
    Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.
    S’il est vrai que le genre, incitant les auteurs à des exploits d’imaginations comme peu d’autres, se prête facilement à accueillir les fantasmes en général, Annie May en a trouvé un qui lui permet de propulser le lecteur, toujours près de perdre son souffle au milieu d’un tourbillon des plus sensuels, dans une suite de scènes qui ne laissent rien à désirer aux plus affamés.
    Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l’excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j’ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
    L’imagination débordante de l’auteur nous livre encore une fois un épisode brûlant, sensuel, suave, d’un érotisme puissant.
    Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance particulière de ce contexte. L’érotisme est un fil rouge puissant, sans concession, natif sans doute des fantasmes de l’auteure. le style est simple, limpide, jamais vulgaire sans toutefois faire de concession à la pudibonderie. J’avoue, c’est vraiment bien écrit, puissant, vibrant. L’érotisme reste très féminin, ce qui lui donne une dimension supplémentaire, faite de force mêlée à la douceur. C’est dans l’exhibition, au coeur de la ca…
    Ce quatrième épisode repart de plus belle. L’érotisme gagne en puissance et dans le même temps, on est bien recadrer dans le future et l’anticipation. Ce mélange de science-fiction et d’érotisme est un vrai bonheur. On frise le délire, c’est suave à souhait et le style est toujours aussi fluide (à l’image du corps de Stella). L’histoire est relancée, pas de lassitude et toujours l’impatience de découvrir la suite des mésaventures et aventures de la belle Stella. Un vrai bonheur de lecture, ce…