«L’Arrangement» devient «La Fiancée d’Orion»

J’ai terminé hier la deuxième série de révisions. Tout est renvoyé à mon éditeur. Reste la correction, puis la révision d’épreuve, et le deuxième épisode sera disponible à la vente.

Le livre est déjà annoncé sur le site des Chemins Obscurs. Il s’intitule maintenant « La Fiancée d’Orion ». Le titre est plus mystérieux et correspond mieux à l’histoire, qui a plus que doublé pendant les révisions, avec l’ajout d’une scène entière où mon héroïne doit se débattre pour contrôler un Converti, mon hybride mecha-tentacules.

J’ignore quand il sortira exactement, mais ce devrait être dans les prochaines semaines. La meilleure manière d’être tenu au courant est de s’inscrire afin de recevoir les nouvelles et promotions des Chemins Secrets par courriel. Je peux déjà vous dire que les inscrits auront droit à une grosse promotion. Inscription par ici.

Frissons à venir

J’ai interrompu cette semaine la rédaction du quatrième épisode pour me lancer dans l’écriture du hors série Halloween que j’espère être prêt pour… l’Halloween. Mon défi personnel : introduire un élément d’horreur, sans toutefois nuire à l’érotisme. Des extraits quand ce sera assez avancé.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

  • Ils ont lu…

    Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l’excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j’ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
    L’imagination débordante de l’auteur nous livre encore une fois un épisode brûlant, sensuel, suave, d’un érotisme puissant.
    Il faut constater que l’assiduité et l’expérience croissante de l’auteure la rendent capable de conférer une telle intensité aux aventures scabreuses de sa protagoniste qu’il lui suffit de quelques mots savamment dosés pour hypnotiser ses lecteurs.
    Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d’Annie May et de son érotisme sans concession. L’histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C’est de nouveau dans l’impatience que j’attends le troisième volet de cette suave saga.
    Ce quatrième épisode repart de plus belle. L’érotisme gagne en puissance et dans le même temps, on est bien recadrer dans le future et l’anticipation. Ce mélange de science-fiction et d’érotisme est un vrai bonheur. On frise le délire, c’est suave à souhait et le style est toujours aussi fluide (à l’image du corps de Stella). L’histoire est relancée, pas de lassitude et toujours l’impatience de découvrir la suite des mésaventures et aventures de la belle Stella. Un vrai bonheur de lecture, ce…
    La plume de l’auteure est telle qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveur. Il y a très peu d’auteurs de nouvelles érotiques qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !
    S’il est vrai que le genre, incitant les auteurs à des exploits d’imaginations comme peu d’autres, se prête facilement à accueillir les fantasmes en général, Annie May en a trouvé un qui lui permet de propulser le lecteur, toujours près de perdre son souffle au milieu d’un tourbillon des plus sensuels, dans une suite de scènes qui ne laissent rien à désirer aux plus affamés.
    Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance particulière de ce contexte. L’érotisme est un fil rouge puissant, sans concession, natif sans doute des fantasmes de l’auteure. le style est simple, limpide, jamais vulgaire sans toutefois faire de concession à la pudibonderie. J’avoue, c’est vraiment bien écrit, puissant, vibrant. L’érotisme reste très féminin, ce qui lui donne une dimension supplémentaire, faite de force mêlée à la douceur. C’est dans l’exhibition, au coeur de la ca…
    Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.