Nouvel extrait pour «La Guerre tendre»

Stella tente de nouvelles expériences.

Cruzita traîna Stella vers la porte. Stella comprenait que Cruzita voulait l’amener à l’écart, sans doute dans sa propre chambre. Pour cela, il fallait passer par le couloir. Elle avait envie de l’y suivre, même sans savoir ce qui l’attendait avec cette femme cruelle. Cruzita voulait-elle l’humilier en la forçant à défiler à moitiée nue? Sans doute pas. Ce n’était pas la base militaire ici. C’était un hôtel cinq étoiles. Stella remia sa robe en place, consciente qu’elle serait trempée par le sperme qui coulait sur ses fesses. Le cou tordu par la poigne de Cruzita, elle ne put apercevoir le colonel. À peine pouvait-elle entendre les gémissements de Rhys, sans pouvoir déterminer s’ils exprimaient la souffrance ou le plaisir.

Les soldats les laissèrent passer. Ils franchirent le lobby désert.

Cruzita était plus petite que Stella et devait se tenir penchée pour la suivre. Pour regarder devant elle, elle devait tirer douloureusement sur sa chevelure. John les suivait toujours, mais, à par lui, il n’y avait pas d’autre témoin de son asservissement. Dommage.

Il y avait un couple dans l’ascenseur. Cruzita plaqua Stella contre le mur, la força à se cambrer pour bien mettre sa poitrine en valeur. L’odeur de sève et de musc remplissaient la petite pièce. Les pauvre inconnus tentaient le mieux possible de ne pas les regarder. Stella s’amusait de leur embarras. C’était sans doute quelque chose qu’elle avait en commun avec Cruzita.

L’ascenseur les déposa bientôt dans un autre couloir, long mais avec bien peu de portes. Poussée au sol par Cruzita, Stella s’agenouilla sur le tapis épais.

«À quatre pattes!»

Stella obéit, docile. Sa seule objection était que, en marchant ainsi comme un animal mené à l’abattoir, elle mettrait plus de temps à arriver.

Les cheveux tirés vers le haut, elle ne pouvait pas voir où elle allait. Seulement ses mains, ses seins qui jaillissaient maintenant de sa robe et le pieds des deux personnes auxquelles elle s’était livrée. Ils ne marchèrent pas longtemps. Une porte s’ouvrit devant eux, qui donnait sur une pièce sombre. Cruzita lâcha les cheveux.

«Avance, petite truie.»

Stella avança. On ne lui avait pas dit de se relever, alors elle resta par terre, les yeux baissés sur le tapis. Elle entendit la porte se refermer, puis sentit les mains de Cruzita qui relevaient sa robe.

«Tu es toute sale, petite truie.»

Pour la punir, elle lui appliqua une fessée douloureuse. Stella sentait son sang se précipiter dans ses veines, gonfler chaque partie de son corps. Elle ne s’était jamais senti si éveillée.

«Une truie couine quand on la frappe.»

Pour lui donner une chance de se reprendre, Cruzita frappa encore.

«Ouink!

— C’est bien.»

La fessée se poursuivit. La force des coups variaient, parfois cinglants et parfois pire, et Stella tâchait de moduler le volume de ses couinements en proportion. Elle se sentait libérée, légère, comme si tout cela n’avait été qu’une sorte de thérapie chic.

Pour être prévenu lors de la sortie de La Guerre tendre, ou pour obtenir le premier épisode de la série gratuitement, mieux vaut vous abonner à la liste de diffusion.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

  • Ils ont lu…

    S’il est vrai que le genre, incitant les auteurs à des exploits d’imaginations comme peu d’autres, se prête facilement à accueillir les fantasmes en général, Annie May en a trouvé un qui lui permet de propulser le lecteur, toujours près de perdre son souffle au milieu d’un tourbillon des plus sensuels, dans une suite de scènes qui ne laissent rien à désirer aux plus affamés.
    Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance particulière de ce contexte. L’érotisme est un fil rouge puissant, sans concession, natif sans doute des fantasmes de l’auteure. le style est simple, limpide, jamais vulgaire sans toutefois faire de concession à la pudibonderie. J’avoue, c’est vraiment bien écrit, puissant, vibrant. L’érotisme reste très féminin, ce qui lui donne une dimension supplémentaire, faite de force mêlée à la douceur. C’est dans l’exhibition, au coeur de la ca…
    La plume de l’auteure est telle qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveur. Il y a très peu d’auteurs de nouvelles érotiques qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !
    Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l’excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j’ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
    Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.
    Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d’Annie May et de son érotisme sans concession. L’histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C’est de nouveau dans l’impatience que j’attends le troisième volet de cette suave saga.
    Il faut constater que l’assiduité et l’expérience croissante de l’auteure la rendent capable de conférer une telle intensité aux aventures scabreuses de sa protagoniste qu’il lui suffit de quelques mots savamment dosés pour hypnotiser ses lecteurs.
    L’imagination débordante de l’auteur nous livre encore une fois un épisode brûlant, sensuel, suave, d’un érotisme puissant.
    Ce quatrième épisode repart de plus belle. L’érotisme gagne en puissance et dans le même temps, on est bien recadrer dans le future et l’anticipation. Ce mélange de science-fiction et d’érotisme est un vrai bonheur. On frise le délire, c’est suave à souhait et le style est toujours aussi fluide (à l’image du corps de Stella). L’histoire est relancée, pas de lassitude et toujours l’impatience de découvrir la suite des mésaventures et aventures de la belle Stella. Un vrai bonheur de lecture, ce…