Je ne savais pas qu’il y avait une section érotique-horreur…

…sur Amazon, mais, apparemment, j’y suis première 🙂

Capture d’écran 2015-10-24 à 13.30.10

 

Et deuxième sur science-fiction érotique. Donc merci à toutes et à tous.

Capture d’écran 2015-10-24 à 13.30.31

 

Pour ceux qui n’auraient pas suivit, c’est HS pour «Hors Série». C’est un livre dont l’action se situe à peu près en même temps que celle de La Guerre tendre, mais on s’attarde cette fois à une autre Aspirante, Daisy, qui est plus fonceuse que mon héroïne habituelle. Le titre sortira partout le 30 octobre, donc à temps pour Halloween. Pour trouver le livre sur Amazon, c’est par ici.

Cher-chères Amazonniens et Amazonnes intrépides

Vous savez peut-être que mon dernier épisode en date, La Guerre tendre, doit paraître ce vendredi (21 août 2015).

biose-s1ep5Vous savez aussi qu’il est déjà en vente sur Amazon, à cause d’une erreur de manipulation. C’est fâcheux.

Ce qui est encore plus fâcheux, c’est que la version publié n’était qu’à moitié révisée. Elle devait permettre, durant la prévente, de consulter la première moitié du livre avant de l’acheter. Et il se trouve que vous avez été quelques uns à profiter de la bourde et que vous avez donc une version dans laquelle quelques erreurs gênantes se sont glissées.

Vous serez donc heureux d’apprendre que la version révisée est maintenant en ligne. Et si vous l’avez achetée, je vous recommande de la mettre à jour. Vous y avez droit!

Bonne lecture, et on se retrouve en octobre.

 

Mise à jour jubilatoire

Et juste pour vous montrer à quel points vous êtes merveilleux:

Capture d’écran 2015-08-13 à 10.48.48

Censure et réactions

On m’avait bien dit que ça pouvait se produire. Pendant longtemps, ce fut l’une de mes pires craintes. Mais il semble bien que je sois victime de censure.

Mes jours au top 10 sont derrière moi. Depuis une quinzaine, je n’ai pas réalisé une seule vente sur Amazon. Chez les autres marchands, mes ventes sont au beau fixe.

Je consulte régulièrement quelques blogues en anglais, aussi j’étais au courant de ce qu’ils appellent l’« adult flag », une forme de censure un brin hypocrite de la part d’Amazon, qui consiste à vendre des livres, tout en les cachant. Un peu comme si un libraire gardait les livres « osés » dans l’arrière-boutique, loin des regards des clients, et ne les donnait qu’à ceux qui les demandaient spécifiquement.

En résumé, si vous cherchez Annie May ou n’importe lequel de mes livres sur Amazon, vous ne trouverez que La Fiancée d’Orion.

Les coupables sont probablement les couvertures assez démonstratives. Probablement, parce qu’Amazon ne donne pas ses motifs. Peut-être que quelqu’un s’est plaint du contenu assez direct de mes épisodes.

En attendant, je suis surtout heureuse de n’avoir pas garanti l’exclusivité de ma distribution à Amazon, ce qui était pourtant tentant.

Alors, que faire? Quel avenir pour Bio Super Élite?

Tout ça est très dommage, parce que SVP Docteur va sortir dans deux semaines, et qu’un nouvel épisode amenait toujours un nouvel engouement pour les précédents. Cette fois-ci, je ne crois pas que ce sera le cas.

Pas question d’arrêter cependant. Avec mon éditeur, nous étudions plusieurs options, et la solution sera sans doute un mélange de plusieurs.

  1. Développer d’autres canaux de distribution. Kobo et iTunes marchent de mieux en mieux, mais nous ne sommes toujours pas distribués sur Google Play. Je serais curieuse de voir ce que ça donnerait.
  2. Changer de couverture. Mais ça coûte des sous à mon éditeur (ça le travaille un peu) et le résultat n’est pas garanti. Il y aura sans doute un mouvement dans ce sens quand nous passerons à la traduction (oui, c’est dans les cartons).
  3. Publier parallèlement un condensé des épisodes actuels dans un seul volume, avec une couverture ultra conservatrice. C’est la solution la plus probable à ce stade.
  4. Ultimement, passer par un distributeur. Ça ne se concrétisera pas tant que la première saison ne sera pas terminée, donc on a le temps de voir venir. Parce que oui, les éditeurs qui ne passent pas par KDP Direct peuvent étaler de la nudité complète et quand même voir leurs couvertures fièrement affichées. Quand je vous disait « hypocrite »…

En attendant, si vous voulez aider

Ce qui compte le plus pour le moment, c’est de faire de SVP Docteur le meilleur lancement grâce à une pré vente d’enfer.

Alors pour résumer :

SVP Docteur en pré vente sur Amazon.

SVP Docteur en prévente sur iTunes.

SVP Docteur en pré vente à la Fnac.

Et, si vous n’avez pas encore lu le début, le mieux est encore d’acheter les trois premiers épisodes tout d’un coup à un prix imbattable, directement sur le site des Chemins Obscurs.

photo credit: Skye Suicide via photopin cc

Troisième au top 100 Amazon pour «L’Examen médical»!

Je voulais vous annoncer que «L’Examen médical» était sixième au top 100 Amazon, section érotisme, mais il est monté au troisième rang entretemps.

Le fait qu’il soit enfin gratuit ne doit pas nuire…

L’Examen médical sur Amazon

Mise à jour : deuxième au top 100

J’aurais dû faire comme d’habitude: procrastiner!

Capture d’écran 2014-03-07 à 17.18.54

Le voilà deuxième.

Sexe, érotisme et monstres à tentacules

Le monde du livre n’a pas fini de m’étonner

L’érotisme fait vendre, comme l’a d’ailleurs constaté mon éditeur. Il reste cependant honteux. Certains, comme Amazon, semblent avoir du mal à concilier leur image publique (ce qui sous-entend de cacher cette littérature «sale») avec leur rôle de marchand.

http://theselfpublishingrevolution.blogspot.com/2013/09/amazon-at-it-again-blocking.html

L’érotisme est pourtant une des facettes fondamentales de l’expérience humaine. Sans érotisme, nous n’existerions tout simplement pas. La nourriture, le sexe et la mort sont les trois grandes préoccupations de l’être humain.

C’est ce qui fait que ces sujets sont aussi au centre de certains systèmes religieux, qui ont marqué notre culture et le feront encore longtemps, hélas.

Je savais que la littérature érotique était suspecte, que les commerçants la regardent avec ce malaise. Je savais aussi que certaines sont plus «sales» que d’autres. Ainsi, Amazon vise ici le pseudo inceste, un genre qui existe essentiellement afin de permettre à ceux qui mettent sur papier leur fantasmes incestueux de contourner la censure commerciale. Belle-mère avec beau fils (union certainement contre nature ;), jeune femme avec son beau-père, jeune homme avec sa demi-sœur… On contourne un tabou bien réel et très naturel selon moi. Les fantasmes, heureusement, ne le sont pas, mais je comprend l’embarras de certains. L’inceste existe, et on peut craindre une sorte de légitimation à travers la fiction.

Bien sûr, on n’applique jamais cette généralisation aux autres formes de littérature. On peut raconter guerre et meurtres sans le moindre soucis. Malgré tout, je comprend.
Ce que j’ignorais, c’était que le sexe avec des monstres l’était aussi.

C’est le genre dans lequel j’écris, donc ça me touche. Je ne suis probablement pas objective. Mais, à moins que je me trompes, c’est la seule littérature qui n’a aucune chance de se réaliser. Je veux dire, aucun monstre à tentacule ne va lire un de mes livres et se dire «Tiens, si j’allais violer un pilote cadette?» Je sais que certains ont des problèmes à distinguer la réalité de la fiction, mais à ce point?

En attendant, Amazon continue de vendre mon livre, contrairement à Apple, par exemple. Je vais néanmoins demeurer prudente. Il est normal, après tout, de conserver une certaine discrétion sur le contenu directement accessible à tous. Si vous lisez une description particulièrement sage d’un de mes livres, que ça ne vous empêche pas de télécharger au moins un extrait.

Et goûtez en toute liberté à mes histoires, parce que ce n’est pas dans la réalité que vous pourrez vivre ça…

  • Ils ont lu…

    Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d’Annie May et de son érotisme sans concession. L’histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C’est de nouveau dans l’impatience que j’attends le troisième volet de cette suave saga.
    S’il est vrai que le genre, incitant les auteurs à des exploits d’imaginations comme peu d’autres, se prête facilement à accueillir les fantasmes en général, Annie May en a trouvé un qui lui permet de propulser le lecteur, toujours près de perdre son souffle au milieu d’un tourbillon des plus sensuels, dans une suite de scènes qui ne laissent rien à désirer aux plus affamés.
    Ce quatrième épisode repart de plus belle. L’érotisme gagne en puissance et dans le même temps, on est bien recadrer dans le future et l’anticipation. Ce mélange de science-fiction et d’érotisme est un vrai bonheur. On frise le délire, c’est suave à souhait et le style est toujours aussi fluide (à l’image du corps de Stella). L’histoire est relancée, pas de lassitude et toujours l’impatience de découvrir la suite des mésaventures et aventures de la belle Stella. Un vrai bonheur de lecture, ce…
    L’imagination débordante de l’auteur nous livre encore une fois un épisode brûlant, sensuel, suave, d’un érotisme puissant.
    Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l’excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j’ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
    Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.
    La plume de l’auteure est telle qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveur. Il y a très peu d’auteurs de nouvelles érotiques qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !
    Il faut constater que l’assiduité et l’expérience croissante de l’auteure la rendent capable de conférer une telle intensité aux aventures scabreuses de sa protagoniste qu’il lui suffit de quelques mots savamment dosés pour hypnotiser ses lecteurs.
    Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance particulière de ce contexte. L’érotisme est un fil rouge puissant, sans concession, natif sans doute des fantasmes de l’auteure. le style est simple, limpide, jamais vulgaire sans toutefois faire de concession à la pudibonderie. J’avoue, c’est vraiment bien écrit, puissant, vibrant. L’érotisme reste très féminin, ce qui lui donne une dimension supplémentaire, faite de force mêlée à la douceur. C’est dans l’exhibition, au coeur de la ca…