Une critique pour SVP Docteur

Je suis toujours contente de recevoir les commentaires de mes lectrices et lecteurs en privé (continuez de m’en envoyer svp, ça m’aide beaucoup), mais les commentaires publics sont nécessaires pour aider la diffusion des livres. C’est pour cela que je suis toujours contente de souligner ici les critiques laissées ici et là.

Ici, une lectrice fort aimable qui a en plus eu la gentillesse de commenter directement sur Amazon (ce qui aide énormément).

Le plume de l’auteur est tel qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveurs. Il y a très peu d’auteur de nouvelle érotique qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !

Lire toute la critique de SVP Docteur sur Psycho-Books.

photo credit: cjohnlang via photopin cc

Une première critique pour «Oui, mon Colonel»

On conseille un peu partout aux auteurs de ne pas lire leurs critiques, et je comprends bien pourquoi. Ceci dit, si j’avais suivi les conseils, je n’aurais jamais commencé à écrire cette série.

Bref, je suis une lectrice compulsive des critiques.

Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.

Le reste est ici, pour Oui, mon colonel.

Certaines critiques sont très dures, voire cassantes, certaines mitigées, certaines enthousiastes. Mais dans l’ensemble, elles me rendent de grands services. Tout comme les lecteurs et lectrices qui m’écrivent pour me dire ce qu’ils ont aimé (ou moins aimé, c’est encore mieux) dans mes textes. J’ai l’impression d’améliorer mon écriture, mais je vois surtout que j’avais tort d’avoir peur de partager mes fantasmes un peu étranges. Je trouve l’expérience de plus en plus libératrice.

Merci à vous tous et à vous toutes.

Un petit supplément de nouvelles

Le cafouillage des hors série de l’an dernier a retardé énormément la sortie de Oui, mon colonel, et je ne sais pas comment remercier les lecteurs qui me sont restés fidèles.

Mon éditeur a réussi à me prendre par la culpabilité et, à cause de la chronologie des événements, c’est cinq tomes que je dois remettre d’ici début novembre. En se donnant le temps de réaliser les relectures et les corrections, ça donne un objectif d’écriture qui tourne autour des 800 mots par jour. C’est beaucoup pour moi, mais c’est un beau défi, que vos commentaires m’aident à relever! Alors si je parviens à respecter la cadence, j’aurai peut-être la chance de vous annoncer des dates de sortie!

En gros, il y aurait SVP docteur vers la fin juillet, l’épisode cinq (pas encore de titre définitif, mais ce sera de loin l’épisode le plus torride à ce jour) vers la fin août, le HS Halloween vers la fin septembre (première histoire qui ne sera pas du point de vue de Stella), le sixième épisode début novembre (titre provisoire: L’Uniforme volé) et enfin le HS Noël début décembre. Ouf!

Je vous écris tout ça afin de me motiver. Je vais essayer de ne pas vous donner de faux espoirs. Comme d’habitude, la meilleure manière d’être informé des sorties (et de payer une fraction du prix) est s’abonner à la liste de diffusion des Chemins Secrets. On ne le dira jamais assez.

Merci encore de me lire.

Nouvelle chronique pour Escadron Bio S.E. — Les Aspirantes

Les bonnes ventes des deux premiers tomes de ma série de science-fiction érotique ont été une agréable surprise, mais il est difficile de savoir su les lecteurs les ont vraiment appréciées. Les téléchargements du premier tomme, gratuit, ne veulent pas dire grand chose. Comme tout le monde, ma liseuse est pleine de livre gratuits que je n’ai jamais ouverts.

Alors rien ne me fais plus plaisir que quand quelqu’un prend la plume pour parler de mes créations littéraire. Ce n’est pas quelque chose d’anodin que de consacrer une chronique à un livre, en particulier quand on a du matériel à écrire soi-même.

Merci beaucoup alors à Thomas Galley, un collègue d’Allemagne qui publie dans le même genre que moi. Même s’il n’as pas que du bon à dire de mes deux petits livres, c’est plein d’enthousiasme et ça me pousse à continuer. Allez lire sa chronique sur Escadron Bio S.E.  — Les Aspirantes. Ça vous permettra du même coup de découvrir un blog très intéressant et un nouvel auteur.

  • Ils ont lu…

    L’imagination débordante de l’auteur nous livre encore une fois un épisode brûlant, sensuel, suave, d’un érotisme puissant.
    Annie May continue donc de me séduire avec sa plume et son style érotique particulier. Un genre mélangeant l’excitation du lecteur avec celui des personnages et la science-fiction. Je peux vous assurer que j’ai hâte de lire la suite de cette série qui ne me laisse pas de marbre, bien loin de là.
    Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance particulière de ce contexte. L’érotisme est un fil rouge puissant, sans concession, natif sans doute des fantasmes de l’auteure. le style est simple, limpide, jamais vulgaire sans toutefois faire de concession à la pudibonderie. J’avoue, c’est vraiment bien écrit, puissant, vibrant. L’érotisme reste très féminin, ce qui lui donne une dimension supplémentaire, faite de force mêlée à la douceur. C’est dans l’exhibition, au coeur de la ca…
    Pour ce deuxième tome, je suis resté sous le charme de la plume d’Annie May et de son érotisme sans concession. L’histoire est toujours aussi séduisante, tant par son originalité, son audace et son style simple mais efficace. C’est de nouveau dans l’impatience que j’attends le troisième volet de cette suave saga.
    S’il est vrai que le genre, incitant les auteurs à des exploits d’imaginations comme peu d’autres, se prête facilement à accueillir les fantasmes en général, Annie May en a trouvé un qui lui permet de propulser le lecteur, toujours près de perdre son souffle au milieu d’un tourbillon des plus sensuels, dans une suite de scènes qui ne laissent rien à désirer aux plus affamés.
    Ce quatrième épisode repart de plus belle. L’érotisme gagne en puissance et dans le même temps, on est bien recadrer dans le future et l’anticipation. Ce mélange de science-fiction et d’érotisme est un vrai bonheur. On frise le délire, c’est suave à souhait et le style est toujours aussi fluide (à l’image du corps de Stella). L’histoire est relancée, pas de lassitude et toujours l’impatience de découvrir la suite des mésaventures et aventures de la belle Stella. Un vrai bonheur de lecture, ce…
    Il faut constater que l’assiduité et l’expérience croissante de l’auteure la rendent capable de conférer une telle intensité aux aventures scabreuses de sa protagoniste qu’il lui suffit de quelques mots savamment dosés pour hypnotiser ses lecteurs.
    La plume de l’auteure est telle qu’elle nous entraîne à chaque page dans un délice d’émotion et de fantasme qui nous laisse des soupirs rêveur. Il y a très peu d’auteurs de nouvelles érotiques qui arrivent à me combler, mais Annie May, elle a tout en sa faveur, l’écriture, l’imagination, tout. Je vous conseille vivement cette saga !
    Les scènes érotiques présentes ne peuvent que nous donner envie tant elles sont bien décrites. Ici, aucune vulgarité déplacée, et l’auteure a su toucher le point sensible de ses lecteurs pour leur donner le plaisir de lire.