Un extrait de «L’Examen médical»

La sortie de mon premier livre approche! Nous en sommes aux dernières révisions — elles ne semblent jamais devoir finir.

Je travaille actuellement à réviser mon texte, et je viens de travailler sur ce passage. J’ai pensé que vous aimeriez.

Quand elle était arrivée à Las Vegas, Stella avait deux objectifs en tête : entrer à l’académie et se trouver un boulot le plus à l’écart possible du soleil, qui donnait à sa peau la teinte verdâtre caractéristique des métisses.
Elle avait pensé travailler dans les casinos, mais il y avait chaque fois enquête. Teindre ses cheveux et garder son teint pâle ne suffisait plus à cacher ses origines. Elle accumula donc les petits boulots, refusant tout ce qui impliquait qu’elle se dénude ou sorte au grand jour.
Elle avait eu la chance de Rencontrer Richard, qui faisait la plonge dans un restaurant où elle était serveuse de nuit. Pas riche, mais il habitait avec sa mère un petit bungalow de banlieue. Il était gentil, musclé et ne trouvait rien de mal à sa toison verte. Il lui fournissait le cannabis et la cocaïne, elle lui taillait des pipes durant les moments creux. Ce n’était plus un échange, simplement une manière de profiter de leur jeunesse au lieu de laisser la grisaille de la nuit déteindre sur eux. Elle avait emménagé très vite chez lui économisant le loyer.
Sa belle-mère travaillait beaucoup et dormait le reste du temps. Ils avaient donc la maison pour eux tout seuls et baisaient presque continuellement. Richard afficha rapidement son goût pour la mise en scène. Il commença bientôt à l’attacher à différents endroits, en particulier sur la table de la cuisine, où Stella craignait que les voisins puissent les apercevoir — sans que cela amoindrisse son plaisir.
Richard respectait ses ambitions. Elle colla aux murs ses « affiches de motivation », qui consistaient en slogans édifiants ou en photographies de pilotes célèbres et d’officiers — le colonel Craggs au premier chef. Elle s’entraînait chaque jour avec ardeur. Pour remercier Richard, elle lui avait souvent fait profiter de ces séances, exécutant son yoga ou son saut à la corde toute nue, et même en pratiquant devant lui ses étirements plus intimes.
Stella avait beau vivre à l’œil avec son amant, ses problèmes d’argent ne s’étaient pas réglés pour autant. Richard jouait de malchance avec ses paris sportifs et sa consommation de drogue utilisait une part importante de son salaire. Il lui proposa souvent de lui présenter un ami qui pourrait « lui trouver un boulot », mais Stella savait qu’il parlait d’une place de danseuse exotique.
Un jour, il était arrivé à la maison avec un garçon qu’elle ne connaissait pas. Il était plus beau et plus grand que Richard et il regardait Stella de haut en bas, la déshabillant du regard sans la moindre gêne. Terriblement embarrassée, elle s’était sentie mouiller dès ce moment-là.
Ils avaient amené du Jack Daniel’s, boisson pourtant hors de prix depuis que les abominations hantaient les champs de maïs. Stella n’aimait pas le Jack, mais ils lui en avaient tout de même beaucoup servi, tout en causant. Richard surtout faisait les frais de la conversation. Rien dans son verbiage ne donnait à croire qu’il connaissait l’autre depuis longtemps, mais il l’avait traité en complice, avec force clins d’œil et coups de poing sur l’épaule. Son ami n’avait jamais cessé de fixer Stella. Elle, tout ce temps, avait gardé ses jambes croisées, tentant de contenir au fond de son ventre la fournaise qu’il avait allumée.
Ils avaient parlé de ses ambitions de pilotes. La conversation n’avait pas dévié sur ce sujet : Richard en avait parlé à brûle-pourpoint. « Tu devrais voir ce qu’elle arrive à faire. »
Il l’avait prise par surprise. Elle était restée sans voix alors qu’ils la regardaient, et elle avait compris qu’ils étaient sérieux. Ils voulaient qu’elle leur fasse une démonstration juste là, sur le canapé, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde.
« Allez ! Décoince-toi un peu. Quand tu seras pilote, tu devras le faire devant tout le monde. »
Elle avait refusé plusieurs fois, mais avait bu encore quelques verres de Jack. Déjà, à ce moment, elle savait qu’elle le faisait pour venir à bout de ses propres réticences. Comme s’ils l’avaient compris, ils avaient rempli son verre chaque fois qu’il n’était pas sur le point de déborder. Et ils avaient insisté. Pas de métier plus noble, il ne fallait pas avoir honte. C’était beau, c’était grand, c’était merveilleux.
Alors elle avait desserré les jambes, leur exposant, malicieuse, sa culotte trempée de sueur. Fixant l’invité dans les yeux, elle avait porté le goulot de la bouteille à sa bouche, non pour boire encore, mais pour l’humecter de sa salive. Puis elle avait écarté la herse de dentelle, ouvert de ses doigts les portes de son sexe[…]

J’espère que mon éditeur pourra faire paraître le livre cette semaine — le lancement a déjà été souvent retardé. Mais si vous voulez connaître le moment exact, le mieux est encore de vous inscrire à ma liste de diffusion.

Mise à jour

L’Examen médical est sorti depuis un moment déjà, est est maintenant gratuit de manière permanente. Vous pouvez le télécharger dans tous les formats sur le site de Smashwords.

Laisser un commentaire